Accueil > Dictionnaire > Les termes psychologiques commençant par G > La définition de gesell


La définition de Gesell


Arnold Lucius Gesell, psychologue et psychiatre (1880-1961).Arnold Lucius Gesell est un psychologue et un pédiatre américain. Il est né à Alma, dans le Wisconsin, en 1880. Il est mort à New Haven, dans le Connecticut, en 1961.


Le parcours de Gesell

Gesell devient d'abord instituteur, puis directeur d'école, avant d'entreprendre des études universitaires de psychologie, de philosophie et de médecine. Nommé dans la chaire d'hygiène de l'enfant, à l'université Yale où se déroule toute sa carrière professionnelle, il y fonde la clinique du développement de l'enfant.


L'étude du développement chez Gesell

Dès le début de ses recherches, Gesell se refuse à séparer le développement psychique de la croissance organique. En effet, selon lui « l'enfant marche avec son esprit dans la même voie qu'avec son corps par un processus de développement ». Ce processus commun de développement consiste en une morphogenèse. Ainsi, de l'embryon à l'adolescent, la création de formes dans les molécules, dans l'anatomie des organes, dans les réactions de tout l'organisme est continue. L'approche de cette continuité demande une coopération pluridisciplinaire. Parce que l'enfant ne représente pas seulement l'avenir, mais qu'il est aussi le terme d'un long passé, l'étude des animaux importe à la connaissance du développement humain.
On trouve là la trace des théories darwinistes et l'influence de Coghill, l'un des maîtres de Gesell. S'intéresser au comportement signifie d'abord étudier le mouvement. Il n'existe pas, pour Gesell, d'état psychique qui ne s'exprime à travers une tension du corps, des ajustements ou réajustements posturaux. Cela justifie une méthode d'observation filmique, permettant de saisir un dynamisme et de fixer les changements, méthode dont Gesell sera le promoteur.
C'est également à Gesell qu'on doit d'avoir étendu l'étude du développement à la période fœtale. En effet, avec des moyens d'investigation très limités, il s'attache à montrer que les mouvements du fœtus (rythme cardiaque, respiratoire, postures) ressemblent à ceux du nouveau-né, qu'il décrit comme un fœtus externe. Toutes les réactions qui se construisent ensuite chez le nourrisson et l'enfant viennent de ces actes créateurs de croissance, auxquels elles sont unies par un principe de continuité hiérarchique.
Ce principe ressortit à une théorie électrodynamique de la vie, qui explique l'interaction réciproque des champs de forces environnants et de la fonction créatrice du système nerveux, et compose les relations comportementales évolutives d'organisation. La théorie de Gesell, en dépit de cette interaction, sera dite maturationniste parce qu'il s'attache plus à décrire les structurations de la croissance qu'à explorer les effets de champs particuliers auxquels l'enfant est soumis. Pourtant, ses derniers ouvrages accorderont une grande place au milieu façonné par l'être humain, mais pour y retrouver l'histoire naturelle du développement. Toutefois, Gesell conviendra toujours que la nature abhorre l'identité et que le développement individuel représente une variation distincte, mais dépendante du type de l'espèce.


L'inventaire (ou échelle) du développement de Gesell

Il s'agit d'un inventaire de développement mis au point par Gesell, qui s'applique aux enfants de 4 semaines à 60 mois et concerne les domaines moteur, verbal, d'adaptation et personnel-social. Son application et sa notation sont en partie cliniques. Cependant, il permet de calculer un quotient de développement (Q.D.) pour chacun des domaines qu'il explore.


Autres termes psychologiques :