Accueil > Dictionnaire > Les termes psychologiques commençant par G > La définition de généralisation


La définition de Généralisation


La généralisation désigne la démarche du chercheur qui, après avoir fait une observation sur un petit nombre d'individus et dans un petit nombre de situations, s'estime autorisé à énoncer une régularité concernant tous les individus et toutes les situations du même type. Aussi, ce qui caractérise la psychologie à visée scientifique, c'est qu'elle se donne des contraintes et des règles de généralisation.


La catégorisation et l'acquisition de schémas

Chez un individu, la généralisation correspond à un processus qui consiste à étendre le champ d'application d'une conduite ou d'un concept à de nouveaux objets ou situations, et connaissance qui résulte de ce processus.
Les études les plus caractéristiques concernent la catégorisation et l'acquisition de schémas. Ici, la généralisation repose sur l'abstraction de propriétés communes aux exemplaires rencontrés. Celle-ci peut résulter, soit de processus ascendants de traitement automatique des informations perçues et mémorisées avec la même étiquette, soit de processus descendants de traitement dirigé par l'élaboration et le test d'hypothèses. Les résultats usuels du premier type de traitement sont les prototypes et les schémas généralisés.
On peut distinguer plusieurs formes de généralisation des connaissances:

  • L'intégration de nouveaux exemplaires sous un concept (nouveaux arguments d'un prédicat).
  • Le changement de quantificateur d'un énoncé lui-même inchangé (« quelques X sont Y » devient « tous les X sont Y »).
  • La constitution d'un nouvel énoncé.

Dans ce dernier cas, une modification typique consiste en un remplacement d'une constante par une variable (par exemple, dans l'algorithme de l'addition, remplacer les règles du type « additionner les chiffres de la 2e colonne » par la règle « additionner les chiffres de la colonne suivante à gauche »).
La généralisation fait appel à de nombreuses formes d'inférence, notamment l'induction et la déduction. Aussi, on appelle généralisation conceptuelle le fait que l'élaboration d'un concept inclut nécessairement la possibilité d'appliquer ce concept à une multiplicité d'objets et par conséquent à une classe d'éléments. C'est dans ce sens qu'on emploie le plus fréquemment le terme de généralisation.


La généralisation dans le conditionnement pavlovien

Dans le conditionnement pavlovien, la généralisation désigne la capacité acquise par les stimulus de déclencher une réaction conditionnelle en vertu de leur similitude avec le stimulus conditionnel, alors qu'ils ne lui ont jamais été associés.
Aussi, on appelle généralisation perceptive un phénomène assez voisin de celui de généralisation du stimulus, mais dans lequel sont impliqués des couples de stimulus comportant une relation perceptive, en général un contraste, qui demeure constante.
Enfin, on appelle généralisation secondaire une généralisation du stimulus qui s'exerce en fonction d'une similarité acquise et non intrinsèque. La forme la plus caractéristique de la généralisation secondaire est la généralisation sémantique. Il s'agit d'une forme de généralisation du stimulus, dans laquelle les stimulus sont des unités significatives et la relation de similitude est de nature sémantique.


Autres termes psychologiques :