Accueil > Dictionnaire > Les termes psychologiques commençant par G > La définition de galton


La définition de Galton


Francis Galton, homme de science (1822-1911).Sir Francis Galton est un homme de science britannique. Il est né à Sparkbrook, en 1822, et est mort près de Londres, en 1911.


Un des fondateurs de la psychologie différentielle

Galton est l'un des plus importants fondateurs de la psychologie différentielle. Cousin de Chales Darwin, fortuné, il consacre une large part de son activité à la défense de la théorie de l'évolution en s'attachant à montrer que les prévisions qu'elle permet se vérifient. Les travaux sur la psychologie différentielle sont inclus dans cette perspective.
La quantification des observations biologiques est considérée par Galton comme une condition nécessaire à leur étude. D'ailleurs, il fonde avec son disciple Karl Pearson le journal Biometrika, consacré à cette étude. Il applique ce principe général à l'étude des capacités humaines et utilise avec James McKeen Cattell les premiers tests. Ces tests sont des épreuves portant sur des processus élémentaires, sensoriels et moteurs; leur validité à l'égard de critères complexes tels que la réussite universitaire se révélera très faible.
Par ailleurs, parmi les ouvrages publiés par Galton, on peut citer : Hereditary Genius (1869), Inquiries into Human Faculty and its Development (1883) et Natural Inheritance (1889).


L'inventeur de nombreuses méthodes statistiques

Galton postulait que toutes les mesures biologiques devaient se distribuer selon la loi normale, un postulat que le caractère conventionnel des mesures psychologiques prive, au moins dans ce domaine, de signification précise. Galton a été l'inventeur de nombreuses méthodes statistiques couramment employées depuis, notamment en psychologie. Ainsi, on lui doit l'étalonnage, la régression et la corrélation.
Il a également esquissé les principes de l'analyse factorielle qui sera développée en psychologie dans les directions qu'il avait indiquées par des psychologues britanniques tels que Charles Spearman et Cyril Burt. Ils montreront que son intuition relative à la prééminence d'un facteur général d'intelligence sur des facteurs spécifiques peut constituer une manière heuristique de décrire les différences individuelles dans ce domaine. Galton était persuadé que les facteurs héréditaires jouaient un rôle dominant dans la détermination des différences individuelles. Il a ébauché dans ce domaine des méthodes d'étude du problème hérédité-milieu qui ont été perfectionnées depuis, notamment avec la méthode des jumeaux et l'étude de pedigrees.


La principale erreur de Galton

Galton a sous-estimé dans ses travaux l'importance des facteurs de milieu. Cette orientation l'a conduit à défendre des principes eugéniques qui ne sont pas compatibles avec les valeurs attachées aux droits de l'homme dans les démocraties modernes. Il a fondé en 1904 et financé un laboratoire qui devait se consacrer à l'eugénique mais qui, devenu le Galton Laboratory de l'université de Londres, a été ultérieurement dirigé par Karl Pearson et Ronald Fisher dont les contributions aux méthodes statistiques sont indépendantes des orientations générales de Galton.


Autres termes psychologiques :