Accueil > Dictionnaire > Les termes psychologiques commençant par F > La définition de forclusion


La définition de Forclusion



La forclusion en psychanalyse

Selon Jacques Lacan, la forclusion désigne le « défaut qui donne à la psychose sa condition essentielle, avec la structure qui la sépare de la névrose ». Aussi, le fonctionnement du langage et les catégories topologiques du réel, du symbolique et de l'imaginaire permettent de spécifier ce défaut. Ainsi, le signifiant qui a été rejeté de l'ordre symbolique réapparaît dans le réel, sur le mode hallucinatoire par exemple. Les perturbations qui s'ensuivent dans les trois registres du réel, du symbolique et de l'imaginaire (RSI) donnent aux psychoses leurs différentes configurations.
L'effet radical de la forclusion sur la structure tient non seulement au changement de lieu du signifiant, mais également au statut primordial de celui qui est exclu. Ainsi, le père comme symbole ou signifiant du Nom-du-Père, dont le signifié corrélatif est celui de la castration. C'est pourquoi, dans certaines conditions, l'individu psychotique se trouve affronté à une castration non pas symbolique, mais réelle.


Le cas de l'Homme aux loups

L'hallucination du doigt coupé, rapportée par l'Homme aux loups dans sa psychanalyse, a permis à Sigmund Freud de mettre en évidence un mécanisme distinct et du refoulement névrotique et du désaveu pervers: la Verwerfung, qui est à la base de la psychose. Le terme freudien signifie rejet, mais Lacan a fini par le traduire par forclusion. Cette option a le mérite de mettre l'accent, avec une très grande précision, sur cette caractéristique: ce qui a été rejeté ne peut plus faire retour au lieu même d'où il a été exclu. Ce procès se distingue donc du refoulement, car le refoulé fait retour dans son lieu d'origine, le symbolique, où il a été admis primitivement. La forclusion porte donc sur le signifiant.
Dans le texte de Freud, la Verwerfung marque à chaque fois le rapport de l'individu à la castration: « Il la rejeta et s'en tint au statu quo du commerce par l'anus. Quand je dis: il la rejeta, le sens immédiat de cette expression est qu'il n'en voulut rien savoir au sens du refoulement. Par là on ne peut dire que fut proprement porté aucun jugement sur son existence, mais il en fut aussi bien que si elle n'avait jamais existé. »
À l'occasion de son analyse du mécanisme de la paranoïa, dans le cas Schreber, Freud avait déjà été amené à préciser que l'hallucination n'était pas un mécanisme projectif: « Nous reconnaissons bien plutôt que ce qui a été aboli à l'intérieur revient de l'extérieur. »


L'interprétation de Lacan

L'épisode hallucinatoire de l'Homme aux loups autorise plusieurs remarques. Comme ce phénomène est soustrait aux possibilités de la parole, il s'accompagne d'effets dont voici quelques traits majeurs repérés par Lacan:

  • l'entonnoir temporel dans lequel s'enfonce l'individu,
  • son mutisme atterré,
  • son sentiment d'irréalité.

L'individu se heurte au symbole retranché, qui pour autant ne rentre pas dans l'imaginaire où sa position féminine ôte tout sens à sa mutilation hallucinatoire mais constitue ce qui n'existe pas pour lui. C'est un mode d'interférence entre le symbolique et le réel.
Lacan s'est servi de l'article de Freud sur la dénégation pour isoler le procès de la forclusion dans l'une des deux phases de la dialectique propre à la dénégation: la première, de symbolisation (ou Bejahung), n'a pas eu lieu. La seconde, d'expulsion hors du sujet, constitue le réel en tant qu'il subsiste hors de la symbolisation. La forclusion « est exactement ce qui s'oppose à la Bejahung primaire et constitue comme tel ce qui est expulsé ». D'où, dans ce même texte des Écrits, la formulation de Lacan: « Ce qui n'est pas venu au jour du symbolique apparaît dans le réel. »


Le rapport de l'individu au signifiant

Alors que Freud fait état de la relation du sujet au père, Lacan, avec le cas Schreber, aborde la question du rapport du sujet au signifiant: « L'attribution de la procréation au père ne peut être que l'effet d'un pur signifiant, d'une reconnaissance non pas du père réel, mais de ce que la religion nous a appris à invoquer comme le nom du père. » C'est le père au titre de sa fonction symbolique de castration. Autrement dit, dans l'ordre du langage, il instaure la limite, la coupure et, du même coup, la vectorisation de la chaîne ou son sens. Qu'un individu dans des conditions électives rencontre un père réel, qui vienne à cette place où il n'a pu l'appeler auparavant, déclenche la psychose. Car, au lieu de trouver corrélativement l'appui du symbole, il ne rencontre à cette place que le trou ouvert dans le symbolique par l'effet de la forclusion. « Au point où [...] est appelé le nom du père, peut donc répondre dans l'Autre un pur et simple trou, lequel par la carence de l'effet métaphorique provoquera un trou correspondant à la place de la signification phallique. »
Dans cette conjoncture, puisque le père n'est pas un signifiant, il ne peut être qu'une figure imaginaire à laquelle le symbole carrent ne peut faire limite. C'est pourquoi le rapport sans mesure de l'individu avec lui se trouve situé « dans l'ordre de la puissance et non pas dans l'ordre du pacte ».


La marque de la forclusion

La forclusion de ce signifiant primordial se repère à ses effets dans le dire d'un patient psychotique. Lacan précise que nulle part le symptôme n'est plus clairement articulé dans la structure elle-même. La chaîne parlée se présente sans limite et sans vectorisation. La perturbation du rapport au signifiant se manifeste dans les troubles du langage comme les néologismes, les phrases à caractère stéréotypé, l'absence de métaphores. Les points de capitonnage du discours ayant lâché ou n'ayant jamais été établis, il s'ensuit leur développement séparé, avec la prééminence du signifiant comme tel, vidé de signification. Il se produit alors l'émergence de phénomènes automatiques où le langage se met à parler tout seul, sur le mode hallucinatoire. C'est donc le réel lui-même qui se met à parler.
La régression non pas génétique, mais topique au stade du miroir, place l'individu dans l'aliénation d'une capture imaginaire radicale, le réduisant à la position intimidée. Mais c'est aussi ce registre qui offre à l'individu sa béquille. Car, de l'anéantissement du signifiant, dit Lacan, « il faudra qu'il porte la charge, assume la compensation, par une série d'identifications purement conformistes ». C'est ainsi que la forclusion décline ses effets de structure dans les trois registres:

  • réel,
  • imaginaire,
  • symbolique.

Autres termes psychologiques :