Accueil > Dictionnaire > Les termes psychologiques commençant par E > La définition de expérience


La définition de Expérience



La lecture de l'expérience

Il s'agit d'une expression qui cherche à rendre compte de ce que fait un individu dans une situation-problème. Ainsi, on entend résumer:

  • ses actions,
  • l'attention sélective qu'il porte à des éléments de situation,
  • sa négligence des autres,
  • ses questions,
  • l'utilisation qu'il fait des énoncés et des informations qui lui sont fournis,
  • les postulats implicites qu'il y met.

Cette expression a été introduite par Jean Piaget pour donner une image globale des mécanismes de réponse des enfants aux périodes préopératoires et aux stades opératoires dans des situations du type de celles de conservation. Dans ces situations, l'enfant voit s'effectuer des transformations dont il a à juger le résultat. Selon qu'il porte seulement attention aux états initial et final, ou bien à l'action réalisée sous ses yeux, il donne des réponses non conservantes ou conservantes.
Son argumentation verbale révèle ce qu'il a lu:

  • Dans le premier cas: une succession entre deux états.
  • Dans le second cas: une relation de cause à effet.

Le plan d'expérience

Il s'agit d'un schéma présidant au recueil des données, dans une expérimentation. Aussi, il tend à permettre une analyse statistique subséquente de ces données.
À la suite des travaux de Ronald Fisher, l'organisation des expériences a fait l'objet d'une méthodologie précise et parfois complexe. Son objet général est d'associer de façon cohérente les démarches de l'expérimentateur et les procédés d'analyse des résultats de façon telle que l'expérience puisse répondre, avec un risque défini d'erreur et de façon aussi économique que possible, aux questions précises que l'expérimentateur se posait.
En général, les plans d'expérience permettent de séparer les effets de plusieurs facteurs contrôlés (ou variables indépendantes), et des facteurs non contrôlés. Les facteurs contrôlés doivent pouvoir, expérimentalement, être considérés indépendamment les uns des autres. Il doit notamment être possible d'affecter au hasard le même nombre d'individus à toutes les combinaisons de modalités des variables indépendantes.
Ainsi, les plans d'expérience permettent d'éprouver les hypothèses nulles relatives à chacun des facteurs contrôlés et à leurs interactions, avec une probabilité définie à l'avance de donner une conclusion fausse.


L'expérience délirante

Il s'agit d'un état de conscience pathologique transitoire. Il se caractérise par:

  • Une atteinte des perceptions externes et internes: il s'agit de troubles de la clarté et de la lucidité du champ perceptif.

  • Une perturbation profonde de l'état thymique: il s'agit d'angoisse ou plus rarement d'euphorie.

  • Un envahissement hallucinatoire et délirant de tout le vécu de l'individu, avec l'impression qu'il ne peut plus contrôler ces phénomènes, comme s'il les subissait d'une manière automatique ou étrangère à lui-même.

Cette expérience, dite primaire, peut se limiter à une bouffée délirante. Mais elle est souvent le point de départ d'un délire schizophrénique chronique. D'ailleurs, celui-ci peut s'enrichir par de nouvelles expériences délirantes au cours de phases évolutives processuelles. Aussi, Henri Ey, distingue quatre niveaux structuraux de ce bouleversement, de cette déstructuration de conscience, allant du plus superficiel au plus profond:

  • Les expériences d'anxiété ou d'exaltation délirantes: dans ces expérience, l'angoisse ou l'euphorie sont si intenses qu'elles bouleversent la perception même de la réalité (pseudo-hallucinations acoustico-verbales ou visuelles, illusions d'emprise, d'inspiration, de possession démoniaque, qu'on peut constater dans certaines formes de dépressions mélancoliques).

  • Les expériences de dédoublement et de dépersonnalisation: elles sont accompagnées d'un automatisme mental. Elles se manifestent au début ou à la fin des psychoses délirantes aiguës, dans les poussées schizophréniques ou comme moments féconds ou initiaux des psychoses délirantes chroniques.

  • Les expériences crépusculaires oniroïdes: elles se caractérisent par un état crépusculaire de la conscience, une sorte d'hypnose à forte charge imaginaire, comme on peut en rencontrer chez des épileptiques et dans certaines psychoses dysthymiques.

  • Les expériences confuso-oniriques avec profonde déstructuration de conscience: on peut les observer dans la confusion mentale avec désorientation temporospatiale, les états de delirium (par exemple, chez l'alcoolique) et certaines intoxications.

L'expérience vécue

En éthologie, il s'agit de l'ensemble des événements qui exercent sur l'individu (humain ou animal) une influence durable, sinon irréversible. Le plus souvent, on souligne l'importance de l'expérience vécue pour les étapes relativement précoces du développement postnatal. Cependant, il n'y a pas de raison de principe pour en exclure l'intervention chez l'adulte ni au cours de la vie embryonnaire. L'expérience vécue dépasse certaines des influences du milieu de vie, tout en les intégrant.


Autres termes psychologiques :