Accueil > Dictionnaire > Les termes psychologiques commençant par E > La définition de essai


La définition de Essai


Dans les tâches répétitives, un essai désigne un segment bien déterminé de la conduite d'un individu, dont la structure est strictement fixée. Cette notion a été particulièrement utilisée dans les situations d'apprentissage.


La notion d'essai dans l'apprentissage

Dans la conception classique, l'apprentissage est réalisé par la répétition d'un nombre plus ou moins élevé d'essais. Le nombre d'essais nécessaire pour atteindre un apprentissage complet est un paramètre important, soit de la difficulté de la tâche, soit des capacités de l'individu qui apprend.
Dans les apprentissages associatifs, un essai contient nécessairement la présentation en contiguïté de deux stimulus et l'observation de la réponse (ou de la non-réponse). En revanche, dans l'apprentissage sélectif, un essai contient nécessairement les trois éléments suivants:

  • Une situation dans laquelle se trouve l'individu. Cette situation peut, on non, contenir un stimulus directement pertinent.
  • Une réponse que donne (ou non) l'individu.
  • Une conséquence, positive ou négative, de la réponse.

Immédiatement après, l'événement-conséquence commence l'essai suivant. Dans les tâches autres que l'apprentissage (par exemple, la perception, la résolution de problèmes, la compréhension de phrases, etc...), la répétition d'essais de même structure ou de même type est utilisée pour démontrer que le résultat à un essai ne dépend pas de la nature particulière de ce stimulus, de ce problème, de cette phrase.
L'adjonction d'une statistique et notamment d'une analyse de la variance dite sur les essais à l'analyse de la variance standard (sur les sujets) permet, si les conclusions en sont positives, d'éliminer ces particularités liées aux essais.


L'apprentissage en un essai

Il s'agit d'un apprentissage dans lequel, contrairement à la situation par répétition, un seul essai suffit pour que l'individu ait appris. Chez l'animal, ces apprentissages se rencontrent lorsque la liaison apprise est très fortement déterminée par des tendances innées (par exemple, le picorement d'un stimulus discriminatif chez le poussin) ou lorsque le renforcement est très intense. Chez les anthropoïdes et surtout chez l'homme, les apprentissages en un essai sont fréquents.


L'apprentissage par essais-erreurs

Il s'agit d'un apprentissage dans lequel un animal donne d'abord des réponses au hasard, puis élimine peu à peu celles qui ne sont pas suivies d'effet favorable, pour ne conserver que celle qui est correcte.
Par la suite, ce type d'apprentissage a été appelé apprentissage sélectif ( ou instrumental, ou opérant). Il se développe sur la base de ce qui a été d'abord dénommé la loi de l'effet et, ensuite, renforcement. Celui-ci ne peut agir que si l'animal produit d'abord spontanément des comportements non finalisés. Si l'animal n'a aucun comportement initial, rien ne peut être renforcé. Les comportements initiaux sont ici qualifiés d'essais, bien qu'il n'en soient pas réellement. Comme la plupart de ceux-ci ne sont pas suivis d'un résultat favorable, on les appelle ici des erreurs, bien qu'elles n'en soient pas non plus réellement.
Ces dénominations portent le point de vue de l'observateur. La fréquence du comportement qui est suivi de l'effet favorable s'accroît peu à peu jusqu'à ce qu'il subsiste seul. Aussi, la boîte à problème d'Edward Thorndike est une bonne illustration de l'apprentissage par essais et erreurs.


Autres termes psychologiques :