Accueil > Dictionnaire > Les termes psychologiques commençant par E > La définition de éducation


La définition de Éducation


L'éducation correspond à une action visant à développer les potentialités d'un individu qui sont valorisées par le groupe social auquel il participe.


Les deux grandes conceptions de l'éducation

On a eu tendance à mettre en opposition deux manières de voir l'éducation:

  • Une conception ancienne de l'éducation: l'éducation est envisagée comme un art de conduire les enfants à l'intériorisation des normes de leur classe sociale, dans un souci de reproduction du système socioculturel.

  • Une conception moderne de l'éducation: celle-ci tiendrait compte des acquis de la psychologie de l'enfant et viserait l'épanouissement de toutes les qualités en germe chez les enfants.

En fait, si le discours dominant sur l'éducation exprime la conception moderne, les pratiques éducatives ne peuvent pas ne pas tenir compte de l'ancienne. En effet, toutes les potentialités ne sont pas également développées par les éducateurs. Certaines aptitudes sont identifiées, exercées et soutenues, tandis que d'autres sont oubliées, voire découragées, en fonction de ce qui est considéré comme le meilleur pour l'enfant, et permet d'assurer un certain équilibre social. Par exemple, l'esprit d'entreprise sera très diversement exercé selon qu'il s'agit d'un garçon ou d'une fille. Simultanément, l'éducation tient effectivement compte de ce qu'est l'enfant, de ce qu'il est capable de comprendre, d'intérioriser, de prendre plaisir à faire ou ne pas faire. Ce que la psychologie a établi concernant le développement des mécanismes d'apprentissage permet d'agir sur ce développement, en évitant au maximum les conflits.
Tout système éducatif ouvre certaines portes et en ferme d'autres. Que ce soit dans la famille, à l'école, dans toutes les institutions à visées éducatives que fréquentent les enfants, les pratiques éducatives résultent de conflits d'intérêt, de conflits de valeurs et de compromis, elles mènent toujours, simultanément, à des acquis et à des frustrations.


L'éducation nouvelle

Il s'agit d'un mouvement pédagogique centré sur l'enfant, qui privilégie les méthodes actives impliquant la participation active de l'enfant à sa propre formation. Ce mouvement éducatif de l'école nouvelle est apparu en Allemagne, dans la première moitié du XIXe siècle avec Friedrich Fröbel, puis le mouvement s'est doté de structures internationales grâce au Suisse Adolphe Ferrière. Aussi, l'Italienne Maria Montessori en a été une des plus importantes praticiennes.
La spécificité de l'éducation nouvelle se caractérise par quelques principes simples: refuser de mettre l'accent sur le contenu et écarter tout autoritarisme de l'adulte. En outre, elle a trois objectifs principaux:

  • Partir des centres d'intérêt de l'enfant lui-même.
  • Susciter la coopération entre les apprenants en refusant la compétition.
  • Favoriser la découverte par l'enfant lui-même en écartant tout exposé dogmatique.

Pour cela, il est nécessaire que les éducateurs prennent en compte les étapes du développement de l'enfant. En fait, l'éducation nouvelle est une hygiène personnelle et formatrice. En effet, elle refuse l'accumulation de connaissances pour elles-mêmes.


L'éducation spéciale

Il s'agit d'une éducation destinée aux personnes qui ne réussissent pas ou ne réussiront vraisemblablement pas à atteindre, dans le cadre de l'enseignement ordinaire, les niveaux éducatif, social et autres qui correspondent à leur âge.
Ce sont les jeunes handicapés qui sont les bénéficiaires des actions d'éducation et de rééducation. L'éducation spéciale associe des actions pédagogiques, psychologiques, sociales, médicales et paramédicales. Elle est assurée soit dans les établissements ordinaires, soit dans des établissements ou des services spécialisés. Aussi, elle peut être entreprise avant et poursuivie après l'âge de la scolarité obligatoire.
Par ailleurs, la loi de 1975 ne reconnaît que les handicaps physiques, sensoriels et mentaux, à l'exclusion du handicap social ou purement médical. Ne sont reconnus jeunes handicapés que les enfants âgés de moins de 20 ans auxquels la commission départementale d’éducation spéciale (C.D.E.S.) accorde un taux d'incapacité permanente d'au moins 50%.
Les établissements d'éducation spéciale sont nombreux et variés:

  • Les centres d'action médico-sociale précoce: ils ont pour but le dépistage et le traitement, en ambulatoire, des enfants âgés de moins de 6 ans.
  • Les centres médico-psycho-pédagogiques: ils effectuent des consultations à visées diagnostique et thérapeutique, pour les enfants inadaptés mentalement. Dans ces structures, les équipes sont pluridisciplinaires (psychiatres, psychologues, orthophonistes, psychomotriciens, assistantes sociales).
  • Les classes d'adaptation: elles accueillent en milieu scolaire ordinaire les enfants non débiles, qui présentent des troubles du comportement les conduisant à l'échec scolaire.
  • Les sections d'éducation spécialisée: elles sont annexées aux collèges d'enseignement secondaire. Elles accueillent les débiles légers âgés de 12 à 17 ans.
  • Les classes de perfectionnement: elles sont annexées aux écoles élémentaires. Elles reçoivent des enfants âgés de 6 à 13 ans présentant un déficit intellectuel.
  • Les instituts médico-pédagogiques: ils reçoivent des enfants âgés de 3 à 16 ans. Ils leur procurent un enseignement général ainsi qu'une formation gestuelle.
  • Les instituts médico-professionnels: ils doivent être considérés comme des établissements de suite des structures précédentes. Les intéressés y reçoivent une formation professionnelle adaptée à leur handicap.

Les deux dernières catégories d'établissements sont appelées des instituts médico-éducatifs. Ils fonctionnent sous le régime de l'externat ou de l'internat.


Autres termes psychologiques :