Accueil > Dictionnaire > Les termes psychologiques commençant par C > La définition de convulsivothérapie


La définition de Convulsivothérapie


La convulsivothérapie désigne l'ensemble de techniques de choc utilisées dans le traitement des psychoses. Ce terme fait référence aux convulsions épileptiques induites par certaines de ces techniques, mais il a reçu une acception plus large. Aujourd'hui, ces méthodes de choc sont tombées en désuétude devant le succès de la chimiothérapie, en dehors toutefois de l'électrochoc, qui reste le meilleur traitement de la mélancolie.


L'histoire de la convulsivothérapie

Parmi les nombreux types de choc dont on a observé l'effet bénéfique sur des patients, certains sont devenus dans le passé des méthodes thérapeutiques reconnues. C'est ainsi que Wagner von Jauregg a reçu le prix Nobel de médecine pour avoir introduit la malariathérapie, en 1918. En inoculant le paludisme aux patients souffrant de paralysie générale syphilitique, Wagner von Jauregg réduisait leurs troubles psychiatriques.
Les pyrétothérapies (le traitement par la fièvre), procédaient de la même idée, à savoir, un syndrome organique provoqué artificiellement réduit le syndrome psychiatrique. Ainsi, en 1933, Manfred Sakel induisait une série d'états comateux hypoglycémiques en administrant de l'insuline à ses patients. Aussi, le resucrage ramenant la glycémie à la normale et sortant le patient du coma semble jouer un rôle déterminant en créant avec l'équipe soignante les conditions d'un échange psychothérapique.
Par ailleurs, Ladislas von Meduna avait observé que les individus épileptiques souffraient rarement de troubles schizophréniformes. Cette idée, qui s'est révélée fausse, l'a cependant amené à provoquer des crises comitiales artificielles chez ses patients schizophrènes. Les crises étaient induites par des convulsivants.


La convulsivothérapie par électrochoc

C'est Ugo Cerletti et Lucio Bini, en 1938, qui ont introduit la convulsivothérapie par électrochoc. Cette technique consiste à faire passer un courant électrique à travers le cerveau pendant quelques dixièmes de seconde. Ainsi, on déclenche une crise de grand mal épileptique.
Par ailleurs, le recours à des substances narcotiques avant le choc électrique et à une curarisation réduisant les contractions musculaires a beaucoup amélioré le confort du malade. Aussi, la sismothérapie par électrochoc ne mérite pas la mauvaise réputation qui continue parfois à lui être faite.


Autres termes psychologiques :