Accueil > Dictionnaire > Les termes psychologiques commençant par C > La définition de conservation


La définition de Conservation


La conservation désigne ce qui ne varie pas sous l'effet d'une certaine transformation.


La conservation et la pensée rationnelle

Le transvasement d'un liquide d'un récipient large et plat dans un récipient étroit et haut ne modifie pas la quantité de liquide transvasé bien que d'autres aspects de ce dispositif soient modifiés par cette action. L'identification de ces invariances est essentielle à la constitution de la pensée rationnelle, faute de quoi l'individu ne trouverait ni cohérence ni continuité à son environnement.
Aussi, l'étude des étapes de l'acquisition des conservations par l'enfant a été au centre des travaux de Jean Piaget, de Bärbel Inhelder et d'Alina Szeminska. En effet, l'extraction de ces invariants (conservation des quantités physiques, des surfaces, des nombres, etc.) implique nécessairement la mise en oeuvre d'opérations logiques dont le niveau de composition évolue avec l'âge et définit les caractéristiques des grands stades du développement décrits par Piaget.
Ainsi, la conservation de la quantité d'un liquide transvasé du récipient A au récipient B est résulte de trois opérations possibles:

  • L'opération inverse: reverser le liquide du récipient B dans le récipient A.
  • L'opération réciproque: il s'agit d'une compensation: plus large X plus plat = plus étroit X plus haut.
  • L'opération identique: on n'a rien ajouté ni rien enlevé.

Les trois stades de l'acquisition de la conservation

Selon Piaget, l'acquisition des conservations passe par trois stades, dont l'âge d'accès varie selon le domaine considéré:

  • Le stade préopératoire: l'enfant nie toute conservation. Il considère qu'il y a plus d'eau dans le récipient haut et mince que dans le récipient large et plat, que la quantité de pâte à modeler contenue dans une boule augmente si on transforme cette boule en saucisse, que la surface disponible d'un pré varie selon qu'on place la maison du fermier au centre de ce pré ou à sa périphérie, etc...

  • Le stade intermédiaire: la conservation est affirmée dans certains cas (lorsque les changements apparents ne sont pas trop importants) et niée dans d'autres. Par exemple, l'enfant répond qu'il y a autant de pâte dans la boule et dans la saucisse parce qu'on peut refaire une boule, ou parce que la saucisse est plus étroite mais plus mince, ou parce qu'on n'a rien ajouté ni retiré. Cependant, si on transforme la saucisse en un macaroni très long et très mince, l'enfant revient à la non-conservation.

  • Le stade opératoire: la conservation est affirmée dans tous les cas.

D'après Piaget, la non-conservation des stades initiaux tient au fait que l'enfant reste centré sur un état de l'objet (par exemple, la hauteur du niveau de l'eau) au lieu de traiter la transformation qui fait passer d'un état à l'autre. C'est seulement lorsque la réversibilité est acquise que les principales invariances qui caractérisent l'accès par l'enfant au stade opératoire concret peuvent se construire.


Les différentes formes de la conservation

La forme la plus élémentaire de conservation se trouve dans ce que Piaget appelle l'objet permanent, c'est-à-dire dans l'attribution d'une existence stable aux objets même lorsqu'ils se déplacent ou cessent d'être perceptibles. Cette conservation est acquise vers 15-18 mois. Elle est très précoce parce qu'elle ne concerne que des changements de position des objets. Lorsque la transformation appliquée modifie les objets eux-mêmes (par exemple, leur forme), les conservations sont beaucoup plus tardives et s'échelonnent de 5-6 ans jusque vers 12-13 ans.
Puis viennent la conservation de l'ordre et celle de la substance (vers 5-7 ans). La conservation du poids apparaît vers 8-9 ans, celle des longueurs et des surfaces vers 9-10 ans, enfin celle du volume et de la densité vers 12 ans.
Piaget explique ces décalages horizontaux (c'est-à-dire survenant à l'intérieur d'un même stade de développement) par la résistance des objets aux assimilations de l'individu. Cette résistance varie selon la prégnance des aspects perceptifs apparents (et trompeurs) de ces objets et empêche la généralisation du raisonnement à n'importe quel contenu.


Autres termes psychologiques :