Accueil > Dictionnaire > Les termes psychologiques commençant par C > La définition de compréhension


La définition de Compréhension


La compréhension désigne un ensemble d'activités cognitives qui s'appliquent à une phrase, à un discours ou à un texte et en construisent la signification. En d'autres termes, la compréhension correspond à l'intégration correcte d'une connaissance nouvelle aux connaissances préexistantes d'un individu.


La compréhension dans la psychologie du langage

La compréhension représente l'étape ultime du traitement du langage. Mais les problèmes qu'elle pose englobent ceux qui relèvent des autres parties de la psychologie du langage (perception de la parole, analyse syntaxique, structure du lexique, etc...). Toutefois, on étudie généralement la compréhension dans des conditions où l'on suppose que la perception est réalisée, que les mots sont identifiés et que la syntaxe est maîtrisée sans difficulté de la part de l'individu.
Des problèmes de niveau différent se posent selon que l'on s'intéresse à la compréhension de phrases ou à la compréhension de textes. Dans le second cas, on étudie très souvent conjointement la compréhension et la mémorisation.


La construction du sens

On a tendance à admettre que la compréhension a pour aboutissement l'élaboration d'une représentation sémantique transitoire dans l'esprit de l'auditeur ou du lecteur. Plus précisément, elle est supposée être localisée dans sa mémoire de travail. Elle peut ou non être ensuite mémorisée en mémoire à long terme. La représentation sémantique d'une phrase, d'un discours ou d'un texte n'est rien d'autre que leur signification individuelle ou, autrement dit, elle est l'interprétation que le compreneur en donne.
Dans la compréhension, l'individu construit son interprétation à partir de deux sources d'information:

  • Les paroles (ou le texte) et le contexte effectif: ils jouent tous ensemble le rôle de stimulus, ou d'entrée.
  • L'ensemble des capacités et des connaissances en mémoire: elles sont d'ordre linguistique, sémantique et pragmatique.

Cette façon de voir s'oppose à l'idée que chaque phrase ou texte a un sens qui lui est directement inhérent et qu'il suffirait d'extraire. Elle laisse une grande marge de variation aux différences entre compreneurs, dues à la seconde source d'information, venant de leur propre cognition. De fait, elle rend compte des différences d'interprétation qui en résultent.
Normalement, la réduction de l'ambiguïté est l'objectif de tout locuteur qui a pour but de se faire comprendre. Cela correspond en psychologie cognitive à l'idée suivante: l'émetteur de la phrase (ou du message) essaie de produire chez le compreneur une certaine représentation sémantique, plus ou moins bien définie, et qui constitue son but cognitif à ce moment. Il s'exprime alors d'une façon adaptée à ce but.
Par ailleurs, les recherches sur de compréhension du langage ont deux objectifs principaux:

  • Donner une description générale des représentations sémantiques ainsi construites, en précisant leurs caractéristiques de structure et de contenu.

  • Déterminer comment la compréhension se déroule dans le temps, c'est-à-dire quels sont les opérations, processus ou activités qui transforment progressivement l'information physique (parole ou texte écrit) et qui lui incorporent des informations venues de la mémoire à long terme, pour construire la représentation sémantique.

Les problèmes de l'insight

A la question de la réussite ou de l'échec dans une activité d'intégration de connaissances nouvelles, ou de problèmes nouveaux, viennent s'ajouter les processus impliqués dans la résolution de problèmes, et qui donnent lieu le cas échéant au sentiment soudain d'avoir compris (l'indight). S'ajoutent également les difficultés découlant de l'assimilation de nouvelles connaissances en situation didactique.
La liaison entre ce type de compréhension et la compréhension du langage est assurée par les travaux concernant l'assimilation de textes instructifs (à contenu didactique).


La compréhension en logique

En logique, la compréhension désigne l'une des deux caractéristiques majeures d'un concept, qui réside pour l'essentiel dans les relations qu'il entretient avec des concepts voisins.
Les logiciens distinguaient classiquement deux propriétés fondamentales des concepts: l'extension et la compréhension. Une version contemporaine de cette dernière est appelée aujourd'hui intension. La compréhension d'une idée est, selon les auteurs de Port-Royal, constituée par « les attributs qu'elle enferme en soi et qu'on ne peut lui ôter sans la détruire ». Attribut est pris ici dans son sens traditionnel, il équivalent à caractéristique. Par exemple, la compréhension du concept de chien inclura donc d'être un animal, d'avoir quatre pattes, d'avoir une queue mobile, d'aboyer, d'être un compagnon des hommes, etc...
La propriété de compréhension des concepts a été adoptée par la psychologie et étudiée empiriquement par elle. Aujourd'hui, il existe divers modèles de description cognitive des concepts. Ils cherchent à rendre compte de leur compréhension en faisant appel à des notions telles que attributs et valeurs d'attributs, composants sémantiques, propriété, insertion dans un réseau sémantique, etc.


Autres termes psychologiques :