Accueil > Dictionnaire > Les termes psychologiques commençant par C > La définition de codage


La définition de Codage



Le codage génétique

Il s'agit de l'ensemble des opérations permettant à l'information contenue dans la molécule d'A.D.N. d'être transcrite en molécules d'A.R.N., puis traduite en protéines. Cette transcription se déroule en deux étapes:

  • L'étape de transcription: elle se déroule dans le noyau de la cellule. L'A.D.N. est copié en une chaîne complémentaire d'A.R.N. messager (A.R.N.-m).

  • L'étape de traduction: elle a lieu dans le cytoplasme. Les bases constituant la molécule d'A.R.N.-m sont lues par groupes de trois. Chaque triplet (ou codon) spécifie un acide aminé selon un code génétique universel. Par exemple, le codon G-A-G (G = guanine et A = adénine) code pour l'acide glutamique.

Le codage nerveux de l'information

Il s'agit de la transcription dans le langage propre au système nerveux des informations qu'il reçoit, qu'il traite et qu'il distribue aux systèmes efférents, aux muscles, aux glandes, etc..., sous forme d'ordres interprétables par ces effecteurs. Les messages sont constitués de trains de potentiels d'action, de durée et de fréquence variables. Ces derniers sont transportés par les fibres nerveuses sur de longues distances sans diminution d'amplitude, donc sans perte d'information.
Le codage nerveux repose en premier lieu sur l'information structurale inscrite dans la spécificité des voies de conduction qui caractérise l'origine du message.
Par ailleurs, selon les théories de Claude Shannon, si l'on considère que les impulsions nerveuses constituent un code propre au système nerveux, on peut, comme pour tout langage, évaluer sa capacité de transmission en bits d'information. La méthode la plus simple est de considérer chaque impulsion comme un symbole binaire, présent ou absent à un moment déterminé dans une séquence temporelle. Dans cette hypothèse, chaque impulsion transporte au maximum un bit, et la capacité de transmission est limitée par la fréquence maximale des potentiels d'action dans une fibre.
La modulation de fréquence des influx serait beaucoup plus efficace en termes de transmission d'information que le fonctionnement binaire. En effet, l'utilisation de la modulation de fréquence suppose un mécanisme d'estimation des intervalles temporaires extrêmement précis, les centres nerveux devant discerner des faibles variations de l'intervalle séparant les impulsions. Sur la base d'une telle hypothèse, on aboutit à une estimation théorique d'une capacité de transmission très supérieure à un bit par impulsion, dans un train d'influx modulé en fréquence.


Autres termes psychologiques :