Accueil > Dictionnaire > Les termes psychologiques commençant par C > La définition de claparède


La définition de Claparède


Édouard Claparède, médecin et psychologue (1873-1940).Édouard Claparède est un psychologue suisse. Il est né à Genève, en 1873. Il est mort en 1940.


Le parcours de Claparède

Claparède est né dans un milieu protestant auquel les préoccupations politiques et sociales ne sont pas étrangères. Très jeune, il est initié par un oncle, professeur de zoologie à l'université de Genève, aux théories darwiniennes.
Plus tard, il entreprend des études de médecine, mais, très vite, il s'intéresse à la psychologie. Ainsi, tout en exerçant son métier de médecin, il entre dans le laboratoire de psychologie qu'avait créé, en 1892, son cousin Théodore Flournoy. En 1901, il crée avec ce dernier la revue Archives de psychologie et, en 1904, il devient directeur du laboratoire. Il est alors chargé de la chaire de psychologie à la faculté des sciences de l'université de Genève, chaire qu'il occupera jusqu'à sa mort.
Claparède est également un homme d'action qui met ses recherches sur la psychologie de l'intelligence au service des affaires de la cité. Plus précisément, il s'intéresse à la morale en politique, à la manière dont se forme l'opinion publique, à la validité des témoignages en justice, enfin à la pédagogie. Ainsi, en 1912, il crée l'École des sciences de l'éducation (ou Institut Jean-Jacques Rousseau).


Son intérêt pour la dimension biologique de la psychologie

Son but fut toujours de détourner la psychologie des a priori métaphysiques et de lui donner une base empirique, en particulier biologique. Or, le problème biologique par excellence, dit-il, est celui de la fonction. Par exemple, en s'intéressant à la psychophysiologie du sommeil, il considère celui-ci comme le résultat d'une fonction active, comme un mécanisme inhibiteur destiné à prévenir la fatigue, et non comme un phénomène passif d'intoxication ou d'asphyxie cérébrale.
Cette conception fonctionnelle de la vie mentale l'a amené à aborder des domaines où psychologie animale et psychologie humaine se rejoignent. Aussi, contre les théories associationnistes, il veut montrer que l'intelligence est une fonction active d'adaptation aux situations nouvelles, par opposition à l'instinct, adaptation innée, et à l'habitude, adaptation acquise. En cas de situation nouvelle, l'individu tâtonne, mais de façon non aléatoire, grâce au processus d'implication qui l'oriente dans la recherche d'hypothèses à vérifier. Cependant, il existe des différences individuelles qui sont essentiellement qualitatives. C'est la raison pour laquelle on peut chercher, non pas à mesurer l'intelligence, mais à diagnostiquer les aptitudes. Par exemple, il y aurait deux formes générales d'intelligence:

  • La compréhension: elle se caractérise par la dominante relative du processus qui va de la sensation à l'idée.
  • L'invention: elle est dominée par le processus qui va de l'idée à la sensation.

Dans beaucoup de domaines de la psychologie cognitive, Claparède apparaît comme un pionnier, et son influence fut considérable dans le développement de la psychologie.
Par ailleurs, parmi les ouvrages qu'il a rédigé, on peut citer la Question du sommeil (1912), Comment diagnostiquer les aptitudes chez les écoliers (1924), L'éducation fonctionnelle (1931), La genèse de l'hypothèse (1933), ou encore, Morale et politique ou les vacances de la probité (1940).


Autres termes psychologiques :