Accueil > Dictionnaire > Les termes psychologiques commençant par C > La définition de carence


La définition de Carence


Une carence désigne une absence ou une insuffisance d'aliments biologiques ou psychologiques indispensables au développement harmonieux de l'être humain ou de l'animal.
Il y a plusieurs sortes de carence. Aussi, quelque soit la carence, ses conséquences ne sont dramatiques que lorsqu'elle se produit au cours de périodes critiques du développement.


La carence alimentaire

La carence alimentaire (ou malnutrition) a un effet direct sur la croissance du système nerveux central. Aussi, plus la carence survient précocement, plus cet effet est désastreux.
Plus précisément, pendant la période prénatale, la malnutrition gêne la division cellulaire. Pendant la première année de vie, elle freine la multiplication des cellules et empêche leur croissance normale. Mais dans un cas comme dans l'autre, le dommage causé est irréversible et, si un nourrisson a été mal nourri à la fois avant sa naissance et pendant sa première année, son cerveau risque de ne présenter que 80% d'un cerveau normal.
Lorsque la malnutrition survient après la première année, elle peut empêcher temporairement les cellules nerveuses d'atteindre une taille normale, mais une alimentation correcte suffit alors pour tout remettre en ordre.


La carence affective

La carence affective correspond à une privation de la présence de la mère ou d'un substitut maternel satisfaisant pendant plusieurs mois. Lorsque cette carence survient au cours du deuxième semestre de la première année, chez un nourrisson qui avait jusqu'alors entretenu de bonnes relations avec sa mère, une véritable maladie s'installe. Aussi, une privation d'une durée inférieure à 3 mois entraîne une dépression anaclitique, tandis qu'une privation plus longue entraîne l'hospitalisme.


La carence informationnelle

La carence informationnelle désigne une restriction plus ou moins durable et importante de l'usage d'une modalité sensorielle ou d'une activité motrice.
Les conséquences d'une privation sélective d'informations ont été étudiées chez l'animal. Ainsi, la privation de vision pendant quelques jours, à la fin de la troisième semaine de vie d'un chaton, a des effets dramatiques et durables sur le développement des cellules réceptrices visuelles et sur la perception des formes. Par exemple, un chat élevé dans un environnement visuel dont ont été exclues toutes les lignes verticales devient incapable de les détecter plus tard dans un environnement normal, mais il se déplace normalement. De même, des chatons privés d'expérience motrice présentent des troubles dans leurs comportements spatiaux (localisation, programmation de transport du corps et des membres), mais n'ont aucun problème dans la perception des objets et des formes.


Autres termes psychologiques :