Accueil > Dictionnaire > Les termes psychologiques commençant par B > La définition de bettelheim


La définition de Bettelheim


Bruno Bettelheim, psychanalyste (1903-1990).Bruno Bettelheim est un psychanalyste américain d'origine autrichienne. Il est né à Vienne, en 1903. Il est mort à Silver Spring, dans le Maryland, en 1990.


Sa déportation et les travaux qui en découlent

Après des études de psychologie, Bettelheim acquiert une formation psychanalytique. Il est ensuite déporté en raison de ses origines juives à Dachau et à Buchenwald, d'où il est libéré grâce à l'intervention de la communauté internationale. De cette expérience, il retire un rapport intitulé Individual and Mass Behavior in Extreme Situation (1943), que le général Eisenhower donna à lire à tous les officiers de l'armée américaine. Il retira également de cette expérience le Cœur conscient (1960) et Survivre (1979), où il analyse les attitudes humaines dans les situations extrêmes et hiérarchise les comportements qui paraissent les plus efficaces pour sauvegarder l'intégrité fonctionnelle du moi.


L'institut orthogénique de Chicago

Après sa libération, Bettelheim se rend aux États-Unis, où il devient professeur d'éducation (1944) puis de psychiatrie (1963) à l'université de Chicago. En 1944, il prend également la direction d'un institut destiné aux enfants en difficulté, qu'il réforme en 1947 sous le nom d'Institut orthogénique de Chicago.
Il organise cet institut, qu'il décrit dans Un lieu où renaître (1974), comme un milieu isolé des pressions extérieures, notamment des parents, et dans lequel il prend en charge les enfants autistes. Ainsi, dans cet institut, Bettelheim ne laisse aucun détail au hasard. En effet, l'environnement est favorable à l'enfant à tout instant, la répartition des pensionnaires s'effectue en six groupes de huit, le respect de ce que veut l'enfant est total, et il n'y a l'intervention d'aucune hiérarchie car, selon ses dires, « le pouvoir corrompt ». Ses méthodes se réfèrent à Sigmund Freud, à August Aichhorn et surtout à Erik Erikson.


Bettelheim et sa théorie sur l'autisme

Par ailleurs, par sa pratique et par ses observations, Bettelheim remet en cause les conceptions de l'autisme. En effet, selon lui, la cause première de cette maladie est un incident survenu dans la toute petite enfance, en particulier dans une relation mal établie entre l'enfant et sa mère. Aussi, il tente de démontrer cette thèse à partir de plusieurs cas dans la Forteresse vide (1967).
Bettelheim se rattache également au courant de l'égopsychologie. Après avoir écrit Dialogue avec les mères (1962) et s'être intéressé aux mythes et aux contes de fées (Psychanalyse des contes de fées, 1976), il publie Les blessures symboliques (1976). L'importance de Bettelheim, bien que parfois contestée, se marque notamment par la volonté de laisser à l'enfant toute la faculté d'autonomie possible, y compris dans ses tendances au repliement, pour que de lui-même il accède à l'autre, au monde, de façon personnelle et authentique.


Autres termes psychologiques :