Accueil > Dictionnaire > Les termes psychologiques commençant par A > La définition de aversif


La définition de Aversif



Le traitement aversif

Il s'agit d'une technique de psychothérapie basée sur la répulsion ou la répugnance. L'aversion a été utilisée pour réduire certains états, tels les états de dépendance comme l'alcoolisme, et des problèmes d'orientation sexuelle (la pédophilie, l'exhibitionnisme, etc...) dans des cas où, pour des raisons diverses, ils n'étaient pas accessibles à une psychothérapie.


Les différentes méthodes d'aversion

Les techniques aversives consistent à faire suivre le comportement d'une conséquence désagréable. C'est ainsi que les cures de dégoût, couramment pratiquées depuis 1929 dans l'éthylisme, consistent à associer une ingestion d'alcool à la prise d'un produit émétique. Ainsi, les vomissements provoqués par ce produit entraînent une véritable répulsion pour l'alcool.
D'autres méthodes, en vogue à la fin des années 1950 mais aujourd'hui tombées en désuétude, soumettent l'individu à un véritable rappel à l'ordre sous forme, par exemple, de faibles stimulations électriques, lorsque qu'il commet le comportement à supprimer.


Une sorte de déconditionnement

Ce modèle punitif de traitement est emprunté aux principes du conditionnement et est présenté comme un déconditionnement. Il a été utilisé sous une forme différente, dans laquelle le stimulus aversif est imaginé. Plus précisément, lors des séances, l'individu est invité à se représenter mentalement en train d'émettre le comportement indésirable, puis il est incité par le thérapeute à imaginer les conséquences les plus regrettable, en les exagérant.
Cependant, quelques critiques sont émises vis-à-vis de ces méthodes. En effet, il est reproché aux techniques aversives, d'une part, d'utiliser de façon erronée les lois du conditionnement et, d'autre part, d'ignorer délibérément la complexité des problèmes sous-jacents au comportement visé.


L'aversion gustative conditionnée

Il s'agit d'une répulsion violente, obtenue par conditionnement, envers un stimulus gustatif initialement appétitif. L’aversion gustative conditionnée est généralement obtenue par association d’un stimulus gustatif et d’une maladie. Par exemple, chez le rat, qui a une forte appétence pour la saccharine, si l’on rend l’animal malade par l’injection de chlorure de lithium (qui provoque nausées et vomissements) juste après la consommation d’eau saccharinée, on observe l’apparition d’une aversion à toute alimentation contenant de la saccharine.
Cette aversion se développe très rapidement puisqu'il suffit d’un seul essai. En outre, elle peut être très puissante. D'ailleurs, cette méthode est utilisée dans certaines cures de désintoxication alcoolique chez l’homme.


Autres termes psychologiques :