Accueil > Histoire > Conditionnement: Le conditionnement opérant appliqué au domaine éducatif


Le conditionnement opérant appliqué au domaine éducatif


Après avoir posé les bases du conditionnement opérant, le behavioriste B.F. Skinner s'est attaché, dès les années 1960, à les appliquer notamment dans le domaine de l'éducation et de la thérapie.


L'enseignement programmé

Selon Skinner, le but de l'enseignement est de susciter chez l'élève des formes nouvelles de comportement. Ainsi, toujours selon lui, enseigner n'est rien d'autre qu'arranger les conditions de renforcement dans lesquelles les élèves apprennent. Cela a pour conséquence d’accélérer l'apparition des nouveaux comportements. Ce principe pédagogique est appelé enseignement programmé.

L'enseignement programmé nécessite au préalable de fixer un objectif éducatif (le comportement souhaité) et de définir les étapes à suivre (la progression pédagogique) pour atteindre l'objectif visé.
Ainsi, la discipline à enseigner (les mathématiques, la géographie, l'orthographe...) est découpée en plusieurs parties (ou unités), lesquelles sont accompagnées de questions de plus en plus difficiles. Aussi, chaque partie doit être courte et doit être une source de réussite pour l'élève afin d'assurer un renforcement immédiat et positif. En effet, les behavioristes considèrent l'erreur comme source de renforcement négatif et de démotivation.


Les outils éducatifs du behaviorisme skinnérien

La machine à apprendre a été conçue par le behavioriste Skinner en tant que méthode d'enseignement objective et efficace.Skinner préconise l'utilisation d'outil respectant les critères suivants:

  • Il doit permettre un échange continu entre l'élève et la discipline enseignée.
  • Il doit présenter uniquement la partie de la discipline la plus proche des possibilités actuelle de l'élève et s'assurer que cette partie est bien apprise.
  • Il doit permettre une progression qui s'accorde au rythme de l'élève.
  • Il doit faire en sorte que l'élève soit actif par la production de réponse.
  • Il doit renforcer l'élève en lui permettant de constater l'exactitude de sa réponse.

Dans l'optique de respecter scrupuleusement ces critères, Skinner a conçu une "machine à enseigner" (voir l'illustration ci-dessus) qui est en quelque sorte l'ancêtre des logiciels éducatifs utilisés aujourd'hui.

L'enthousiasme de Skinner sur la mise en place d'un système scolaire basé sur un tel dispositif d'enseignement s'est toutefois heurté à certaines résistances culturelles. Aussi, son programme a rapidement été remis en cause et remplacé par d'autres programmes mettant notamment en avant le rôle positif de l'erreur dans l'apprentissage.



A lire également :