Accueil > Histoire > Neuropsychologie: Des aires visuselles à la capacité de jugement


Des aires visuselles à la capacité de jugement


Les aires visuelles sont spécialisées dans la perception du contour, de la forme, de la couleur et du mouvement.Les lésions cérébrales peuvent être un moyen de localiser et d'identifier certaines capacités. C'est ainsi que des cas de lésions cérébrales ont révélé qu'une perte sélective de la vue n’altérait pas seulement les sensations, mais pouvait également affecter le jugement.

Dès la fin du XIXème siècle, le neurologue J. Dejerine avait signalé de tels troubles. Par exemple, il avait observé que des patients pouvaient tout à fait distinguer une bouche, des oreilles, un nez, sans pour autant distinguer un visage. Il s'avère que ce type de trouble s'explique par une lésion d'une aire visuelle.


Quelques pathologies causées une lésion des aires visuelles...

Le neurologue Sémir Zeki a étudié de nombreux cas de pathologies liées à une lésion d'une aire visuelle.Un neurologue contemporain, Sémir Zeki a étudié un certain nombre de pathologies provoquées par une lésion à une aire visuelle. Aussi, ces troubles sont assez surprenants. En voici quelques exemples:

  • L'hémiachromatopsie. Cette maladie se caractérise par le fait de voir les couleurs que dans une moitié du champ visuel, l'autre moitié apparaissant en noir et blanc.

  • La perception statique. Un tel cas fut observé chez une femme qui se plaignait de ne plus voir en trois dimensions. En réalité, sa perception était devenue statique. C'est à dire que cette patiente pouvait reconnaître les objets immobiles, mais était incapable de distinguer le moindre mouvement. Le film de sa vie n'était qu'une projection saccadée de diapositives. En effet, elle ne pouvait pas voir des personnes se déplacer en temps réel, mais elle voyait ces personnes apparaître tantôt à un endroit, tantôt à un autre endroit. Aussi, des gestes quotidiens tels que verser un verre d'eau, traverser une route, devenaient très compliqués. En effet, elle ne pouvait pas voir le niveau d'eau monter dans le verre ou les voitures avancer.

  • L'héminégligence visuelle est également une pathologie intrigante. Ces patients perdent conscience d'une moitié de leur champ visuel, comme s'il n’existait pas. Par exemple, les hommes souffrant de ce trouble "oublient" de se raser la moitié du visage, ou les femmes ne se maquillent que d'un côté. Aussi, ces patients ne lisent que la moitié d'un journal, ne mangent que la moitié de la nourriture qui se trouve dans leur assiette...

De l'affection visuelle à l'affection du jugement...

Le neurologue Olivier Sacks raconte dans son livre "l'homme qui prenait sa femme pour un chapeau" des cas cliniques résultants de lésions dans l'aire visuelle du cerveau.L'altération des aires visuelles peut être telle que le jugement s'en retrouve affecté d'une façon pour le moins surprenante. Un cas illustrant ce phénomène est raconté par le neurologue Olivier Sacks: c'est le cas d'un professeur de musique dont les aires visuelles étaient si détériorées qu'il était incapable de reconnaître les visages pour ce qu'ils étaient. Il prenait, par exemple, le visage de sa femme pour un chapeau.
Aussi, ce patient n'avait plus aucune vue d'ensemble et s'appuyait sur des détails pour reconnaître des personnes. Ainsi, il distinguait Churchill à son cigare, son frère à son menton carré, ses étudiants à leurs voix... mais les visages ne lui disaient rien.

La perception visuelle joue donc un rôle important qui va même au delà de la simple vision du monde qui nous entoure.



A lire également :