Accueil > Histoire > Conditionnement: Les bases du conditionnement opérant


Les bases du conditionnement opérant


Edward Thornike et ses travaux qui ont mis en évidence la loi de l'effet, ont influencé le courant behavioriste et notamment le conditionnement opérant (ou conditionnement instrumental).Le conditionnement opérant s’inspire à la fois du behaviorisme radical de Watson et de la loi de l'effet proposée par E. L. Thorndike en 1898. Celle-ci peut se résumer par le principe suivant: le comportement est régi non seulement par des stimuli antécédents, mais aussi par les effets qu'il procure.
C'est B. F. Skinner qui va poser les bases du conditionnement opérant et tenter de les appliquer à des formes complexes de comportement. Plus précisément, Skinner prolonge les perspectives de Watson en complétant le schéma stimulus--->réponse du comportement et propose un principe général de l'apprentissage.


Une nouvelle conception du conditionnement

Le conditionnement opérant se détache du conditionnement répondant par sa prise en considération des conséquences d'une action. En effet, pour Skinner, le concept d'apprentissage par conditionnement répondant est insuffisant car il omet un certain nombre d'observations: parfois, des stimuli connus ne provoquent aucune réaction, ou inversement. Pour pallier cette omission, Skinner préconise de prendre en compte les répercussions d'une action sur l'homme ou l'animal à l'origine de cette action.

Burrhus Frederic Skinner a posé les grands principes du conditionnement opérant, lequel s'inscrit dans le courant behavioriste.Cette suggestion soulève une question fondamentale dans l'analyse des comportements et de leur acquisition: comment quelque chose qui suit un comportement peut-il avoir un effet sur celui-ci?
Une première réponse consiste à attribuer un but, une intention au comportement et admettre que l'animal ou l'homme connaissait déjà l'utilité de son action. Or, cette conception s'oppose totalement à la position behavioriste qui considère que toute spéculation sur les états internes tels que l'état d'esprit, les valeurs ou les intentions n'est pas scientifique et constitue une perte de temps.
Une seconde réponse consiste à décrire les conditions externes à l'origine d'un comportement et les conséquences qui lui sont associées. Et c'est cette réponse que Skinner décide d'adopter.


Les différences entre le conditionnement répondant et le conditionnement opérant

En somme, deux points principaux permettent de clarifier la distinction entre le conditionnement répondant et le conditionnement opérant:

  • Dans le conditionnement répondant, les comportements des animaux ou des êtres humains ne sont pas suivis de conséquences particulières sur l'environnement. En revanche, dans le conditionnement opérant, le comportement des hommes ou des animaux a un effet sur l'environnement. C'est d'ailleurs cet effet qui permet de déterminer si une conduite risque se reproduire ou non.
  • Dans le conditionnement répondant, les comportements sont apparentés à des réflexes: c'est une réaction à une stimulation environnementale. Au contraire, dans le conditionnement opérant, les comportements ne sont pas considérés comme des réflexes, mais comme des conduites complexes.

En finalité, le conditionnement opérant se caractérise par la contingence entre le comportement et ses conséquences. Plus précisément, le comportement est régi par ses conséquences. Ainsi, les conséquences d'un comportement ont pour effet d'augmenter ou de diminuer sa probabilité d'apparition.



A lire également :