Accueil > Histoire > Conditionnement: Behaviorisme: la science du comportement


Behaviorisme: la science du comportement


J. B. Watson est le fondateur du courant behavioriste en psychologie.Le behaviorisme est né aux Etats-Unis et a dominé les recherches en psychologie durant la première moitié du XXème siècle. C'est J. B. Watson qui incarne le premier ce courant, avec un texte fondateur qu'il publie en 1913 et dans lequel il signifie que d'un point de vue behavioriste, la psychologie est une branche expérimentale purement objective des sciences naturelles. Il ajoute que le but théorique du behaviorisme est la prédiction et le contrôle du comportement.

La psychologie introspective, désormais considérée comme non objective, est alors rejetée par le behaviorisme. En effet, Watson considère que pour être objectifs, les psychologues doivent étudier des faits observables que l'on puisse mesurer et quantifier, c'est à dire les comportements.


Quel est le but du behaviorisme?

La finalité du behaviorisme est d'orienter, de modifier le comportement des hommes pour qu'ils puissent réorganiser leur existence et surtout l'éducation de leurs enfants. Pour réaliser cet ambitieux projet, les psychologues behavioristes doivent parvenir à prédire et contrôler les comportements. En d'autres termes, ils doivent établir les lois des comportements.

Plus précisément, cela signifie que pour pouvoir contrôler ou produire une réponse (R) souhaitée, les behavioristes doivent connaître ce qui a déclenché cette réponse, c'est à dire le stimulus (S) déclencheur.
Schématiquement: S? ----> R souhaitée
Et inversement: en connaissant le stimulus, les psychologues behavioristes doivent pouvoir prédire la réponse.
Schématiquement: S connu ----> R?

Pour ce faire, les behavioristes vont adopter la méthode utilisée en psychologie animale pour l'appliquer à l'étude des comportements humains.


Les lois de l'apprentissage de l'animal appliquées à l'homme

C'est ainsi que les travaux sur l'apprentissage chez l'animal vont entrer en scène dans l'étude des comportements humains.Tous les animaux, quelque soit leur espèce, présentent la même courbe d'apprentissage. Dans un premier temps, ce sont les travaux de E.L. Thordinke qui vont retenir l'attention des behavioristes.
En effet, ce chercheur en psychologie animale a observé au cours de ses nombreuses expériences deux phénomènes principaux: d'une part, l'apprentissage s'effectue par essais-erreurs et d'autre part, le réduction progressive des comportements inappropriés s'effectue de façon similaire chez toutes les espèces animales. En effet, Thorndike retrouve à chaque fois la même courbe d'apprentissage (voir la figure ci-contre), quelque soit l'animal étudié.

De ces expériences, Watson en conclue qu'il est possible, en utilisant les méthodes de la psychologie animale, de produire des lois qui permettent de prédire et de contrôler les comportements humains.
Mais Watson n'ambitionne pas seulement de prédire ou de contrôler les comportements, il souhaite également pouvoir induire de nouveaux comportements. Pour atteindre cet objectif, les behavioristes vont, cette fois, se tourner vers les travaux de Y. P. Pavlov sur le conditionnement de l'animal.



A lire également :