Accueil > Chroniques > Sujets originaux de la psycho > Le rôle des ragots dans les interactions sociales

Novembre 2012 (Mise à jour: Février 2015)

Le rôle des ragots dans les interactions sociales


Les potins jouent un rôle important dans les relations de travail ou amicales, même si certains ragots sont éthiquement discutables.Que ce soit au travail ou entre amis, les ragots nous accompagnent tout au long de la vie, dans nos divers rapports sociaux. De fait, même si les commérages ont généralement une connotation négative, leur omniprésence soulève tout de même la question de leur probable nécessité dans les relations de groupe.


Alors, à quoi servent les ragots?

En dépit de leur image négative, les potins peuvent être bénéfiques pour le groupe. En effet, les recherches menées pour déterminer le rôle des commérages dans les liens sociaux mettent en évidence divers avantages des ragots:

  • Les échanges d'informations relatifs aux commérages contribuent à établir des relations de confiance et à renforcer les liens entre les membres du groupe.

  • Ils permettent d'éviter certains comportements égoïstes. Par exemple, dans des situations où des tensions commencent à apparaître, le fait de critiquer les actions de telle ou telle personne empêche certains individus de n'agir que pour leurs propres intérêts.

  • Ils permettent de se situer par rapport aux autres, de vérifier des opinions, etc...

  • Ils permettent de s'informer sur la façon dont il convient de se comporter. C'est notamment le cas pour les nouveaux membres (par exemple, les personnes qui viennent d'intégrer une entreprise) qui peuvent s'appuyer sur ces sources d'informations pour prendre connaissance des habitudes en vigueur dans leur nouvel environnement.

Qu'en est-il des commérages malveillants?

La médisance est une forme de ragot malveillant. C'est une agression indirecte qui peut être une façon de répondre à une offense ou une provocation.
Ce type de dénigrement permet d'une part, d'éviter toute manifestation de violence physique; et d'autre part, de cacher des intentions malveillantes derrières des mots anodins. Et c'est précisément ce dernier point qui donne aux potins une image ambiguë et moralement discutable.


Inspiré des travaux de Christiane Gelitz.



A lire également :