Accueil > Chroniques > Troubles psychologiques > Quand le cerveau est coupé en deux...

Octobre 2016 (Mise à jour: Octobre 2016)

Quand le cerveau est coupé en deux...


Notre cerveau est composé de deux hémisphères plus ou moins symétriques. Aussi, pour que ces deux hémisphères puissent communiquer ensemble afin de produire des pensées et des comportements cohérents, des faisceaux de fibres nerveuses les relient l'un à l'autre, formant ainsi une sorte de pont appelé corps calleux.

Or, il arrive parfois que le corps calleux soit sectionné partiellement ou totalement, suite à des accidents médicaux, ou suite à une section chirurgicale volontaire (ce fût notamment le cas à partir des années 1930 pour limiter les dégâts causées par de graves crises d'épilepsie). Car étonnamment, une telle lésion, appelée split brain, n'a que peu de conséquences sur les capacités et le comportement des patients. Néanmoins, on peut observer quelques symptômes particulièrement étonnants...


Quels sont les effets d'une section du corps calleux?

Lorsque les deux hémisphères du cerveau sont déconnectés l'un de l'autre, ils peuvent alors s'engager chacun dans une action qui lui est propre, sans compris avec l'autre hémisphère. Cela peut aboutir à des actions contradictoires. Par exemple, un patient peut être en train d'écrire de la main droite (gérée par l’hémisphère gauche), et soudain la main gauche (gérée par l’hémisphère droit) saisit la feuille et le stylo et les jette par terre. Toutefois, de tels phénomènes sont assez rares.

En fait, des examens médicaux permettent d'évaluer les effets d'une section du corps calleux. Il s'agit, par exemple, de demander au patient de fermer les yeux et de nommer les objets familiers qu'on place successivement dans sa main droite. Généralement, le patient réussit parfaitement cette partie du test.
Ensuite, on lui demande de faire la même chose, mais cette fois, avec sa main gauche. Bien que le patient continue à toucher habilement les objets, il ne réussit plus à les nommer et donne un nom au hasard. Toutefois, il parvient à reconnaître les objets qu'il a palpés une fois les yeux ouverts.


Comment expliquer ce phénomène?

A vrai dire, trois éléments essentiels permettent de comprendre de tels effets consécutifs à un split-brain:

  • Le système nerveux a une organisation croisée: par exemple, les images perçues par l'œil droit parviennent directement à l'hémisphère gauche, et inversement. Ou encore, les sensations tactiles perçues par la moitié droite du corps arrivent directement à l'hémisphère gauche, et inversement.

  • Le corps calleux relie les deux hémisphères: son rôle est de diffuser et de partager entre les deux hémisphères, les informations arrivées au cerveau. Ainsi, ces informations ne restent pas emprisonnées dans l’hémisphère où les organes des sens les ont envoyées.

  • Le langage se situe dans l'hémisphère gauche: chez la majorité des gens (95% des droitiers et 70% des gauchers), le siège du langage est localisé dans l'hémisphère gauche.

Un split brain, c'est-à-dire une section du corps calleux, empêche les deux hémisphère cérébraux de communiquer entre eux.Ainsi, quand un objet est placé dans la main droite du patient, les informations tactiles arrivent directement dans l'hémisphère gauche. Cette partie du cerveau reconnaît l'objet et peut le nommer car elle est douée du langage.

En revanche, lorsque l'objet est placé dans la main gauche, les informations tactiles arrivent directement dans l'hémisphère droit. Bien que celui-ci reconnaisse l'objet, il ne peut le nommer sans l'aide de l'hémisphère gauche doté de la parole.
Or, du fait de la lésion du corps calleux, les informations concernant l'objet ne peuvent pas être transférées à l'hémisphère gauche et restent donc enfermées dans l'hémisphère droit, muet. Toutefois, l'hémisphère gauche, soucieux de donner une réponse à l'expérimentateur, mais ignorant complètement ce qui se trouve dans la main gauche, donne un nom au hasard.

Et voilà comment un comportement, a priori totalement aberrant, trouve tout son sens...


Inspiré des travaux de Laurent Cohen, de Roger Sperry, de Michael Gazzaniga, de Toshiaki Abe et de Daniela Ovadia.



A lire également :