Accueil > Chroniques > Faits d'actualité en psychologie > Les jeunes sont-ils de plus en plus fragiles mentalement ?

Septembre 2016 (Mise à jour: Septembre 2016)

Les jeunes sont-ils de plus en plus fragiles mentalement ?


L'évolution de la société s'est considérablement accélérée ces dernières décennies. Et cette mutation n'est pas sans conséquence sur l'équilibre psychique, notamment chez les jeunes. En effet, entre l'âge de 15 à 25 ans, le cerveau est en pleine maturation, il se remodèle, ce qui rend les jeunes plus sensibles à leur environnement, mais aussi plus vulnérables. Ainsi, les jeunes d'aujourd'hui sont 6 à 8 fois plus dépressifs que ceux de 1938!


Quelques sont précisément les troubles psychiques dont souffrent les jeunes?

Selon l'OMS (Organisation Mondiale de la Santé), près d'un tiers des jeunes âgés de 15 à 30 ans souffrent de troubles psychiques. Voici les maladies les plus fréquentes:Addiction, dépression, troubles anxieux, trouble borderline, schizophrénie et trouble bipolaire, sont les principales maladies mentales dont soufrent les jeunes aujourd'hui.

  • L'addiction à l'alcool et aux drogues: 15 à 20% des jeunes.
  • La dépression: 10 à 15% des jeunes.
  • Les troubles anxieux: 5 à 15% des jeunes. Il s'agit notamment de l'agoraphobie, des TOC et de la phobie sociale.
  • Les troubles du comportement alimentaires: 2 à 5% des jeunes. Il s'agit principalement de l'anorexie et de la boulimie.
  • Le trouble de la personnalité borderline: 2 à 3% des jeunes.
  • La schizophrénie: 1% des jeunes.
  • Le trouble bipolaire: 1% des jeunes.

Aussi, la souffrance causée par ces maladies est si intense qu'elle peut parfois conduire au suicide. D'ailleurs, celui-ci représente près de 17% des causes de décès chez les jeunes âgés de 15 à 24 ans!


Comment l'évolution sociale peut-elle nuire à la santé psychique des jeunes?

Le cerveau des jeunes, en pleine évolution, est particulièrement sensible à l'environnement. De fait, certains facteurs (culturels, socio-économiques, familiaux, etc...) risquent de perturber le développement cérébral. Voici les principales sources de déséquilibre mental:

  • Le stress: la pression liée à la réussite scolaire et professionnelle a considérablement augmenté ces dernières décennies. Or, cela accroît l'anxiété de performance, mais aussi l'isolement chez les jeunes.

  • L'alimentation: les jeunes d'aujourd'hui ont tendance à manger plus gras et plus sucré que les générations précédentes. Or, les pics d'insuline déclenchés par cette mauvaise alimentation provoquent des lésions neuro-inflammatoires. Celles-ci causent des troubles de la mémoire, de la concentration et de l'humeur (anxiété, irritabilité, impulsivité, etc...).

  • Le sommeil: ces dernières décennies, le temps de sommeil chez les jeunes s'est considérablement réduit. Ainsi, 50 à 70% d'entre eux dorment moins de 8 heures par nuit. Or, le manque de sommeil rend plus anxieux, plus irritable et plus impulsif. En outre, chez les jeunes, il augmente le risque de développer une dépression quelques années plus tard.

  • L'activité physique: près de la moitié de la population ne pratique plus ou presque plus de sport. Or, l'absence d'activité physique régulière augmente de 25% le risque de développer une dépression.

  • Le cannabis: la consommation de cannabis a considérablement augmenté chez les jeunes ces dernières décennies. Or, lorsqu'elle débute avant l'âge de 16 ans, elle favorise l'émergence de troubles cognitifs (trouble de la concentration et de la mémoire), de l'humeur (impulsivité), mais aussi de maladies plus graves telles que la schizophrénie.

Toutefois, même si l'évolution de la structure familiale (familles recomposées, monoparentales, etc.), l'omniprésence des réseaux sociaux virtuels, l'explosion du chômage, la banalisation de la consommation de drogues et d'alcool... ont tendance à perturber l'équilibre psychique des jeunes, il est tout de même aussi important de souligner les bienfaits des progrès de la science, de la médecine, de l'accès à l'information, etc. chez cette même tranche de la population.


Inspiré des travaux de David Gourion, de Constance Harrell, de Nicholas Glozier, de Melynda Casement, et de Dongfeng Zhang.



A lire également :