Accueil > Chroniques > Troubles psychologiques > Personnalité narcissique : un manque d’empathie

Juin 2011 (Mise à jour: Février 2015)

Personnalité narcissique : un manque d’empathie


Le narcissisme prend son sens dans la mythologie grecque avec Narcisse qui tombe amoureux du reflet de son visage dans une mare. Il passe tout son temps à s'admirer, au détriment de son entourage et finit par en mourir.Le trouble de la personnalité narcissique est assez rare : il touche moins de 1% de la population. Ce sont en majorité des hommes qui souffrent de cette pathologie.

La caractéristique principale de ce trouble est un excès d’estime de soi. Plus précisément, un individu présentant une personnalité narcissique a le sentiment d’être quelqu’un d’unique qui doit être constamment admiré par les autres. Il a tendance à tout ramener à lui, sans jamais s’intéresser à ce que font les autres. En somme, il se vante continuellement et se croit au centre de toutes les attentions.
Par ailleurs, ces personnes ont souvent un important besoin de contrôle, une propension à l’égocentrisme, ainsi qu’une tendance à critiquer en acceptant néanmoins difficilement les avis qui différent des leurs. En somme, elles se montrent intransigeantes et attendent des autres qu’ils les voient tels qu’elles désirent êtres vues.

Ce trouble apparaît à l’âge adulte et peut évoluer de deux façons différentes : soit les personnalités narcissiques finissent par établir des relations quasi normales avec autrui, soit cet amour démesuré de soi devient chronique, au point d’inscrire ces personnes narcissiques dans une marginalisation au cours de laquelle les dépressions sont fréquentes et peuvent même les conduire au suicide.


Quels sont les symptômes de la personnalité narcissique?

Ce trouble de la personnalité regroupe de nombreux symptômes qui ne sont pas toujours tous présents chez une même personne narcissique. Ces symptômes se manifestent principalement par :

  • une surestimation sa propre importance (elle s’attend à être reconnue comme supérieure sans avoir accompli quoi que ce soit qui le mérite),
  • la croyance d’être unique,
  • un besoin excessif d’être aimé,
  • la pensée que tout lui est dû (elle s’attend à bénéficier d’un traitement particulièrement favorable),
  • un manque d’empathie,
  • le fait d’envier souvent les autres et de penser que les autres l’envient,
  • le fait de ne pas hésiter à exploiter une personne pour parvenir à ses propres fins,
  • une attitude arrogante et hautaine.

Mais quelles sont les causes de ce trouble?

Deux hypothèses sont proposées pour déterminer ce qui aurait provoqué la construction d’une personnalité narcissique.
La première hypothèse met en avant le rôle de l’éducation : les parents auraient témoigné à leur enfant une admiration excessive, ce qui aurait perturbé l’estimation de sa valeur.
La seconde hypothèse suggère une anomalie du développement précoce de l’empathie : l’enfant resterait centré sur ses propres besoins et son manque d’empathie l’empêcherait de se mettre à la place d’autrui pour imaginer ce que l’on pense de lui.
Par ailleurs, on peut noter qu’aucune hypothèse neurobiologique n’a été retenue jusqu’à ce jour.


Un peu de mythologie en guise d’esquisse...

Dans la mythologie grecque, Narcisse est un très beau jeune homme qui tombe éperdument amoureux de son image aperçue dans l’eau d’une fontaine. Désespéré de ne pouvoir saisir sa propre image, il se laisse mourir au bord de la mare.
Lorsque Narcisse se tourne vers son image et s’y laisse engloutir, il montre qu’il ne peut pas vraiment aimer. Le narcissisme traduit ainsi l’amour de soi entraînant l’enfermement psychique, l’impossibilité de se confronter aux autres. Narcisse se confond finalement avec l’objet de son désir en se suicidant.


Inspiré des travaux de Jérôme Palazzolo.



A lire également :