Accueil > Dictionnaire > Les termes psychologiques commençant par A > La définition de adaptation


La définition de Adaptation


L'adaptation désigne l'ensemble des ajustements réalisés par un organisme pour survivre et perpétuer son espèce dans un environnement.


L'adaptation selon Piaget

Les processus d'adaptation sont mis en oeuvre chaque fois qu'une situation comporte un ou plusieurs éléments nouveaux, inconnus ou non familiers. Jean Piaget les dit assimilateurs quand ils intègrent les données nouvelles à des patterns comportementaux antérieurement constitués, et accommodateurs lorsque les données nouvelles transforment un pattern ou un schème préexistant pour le rendre compatible avec les exigences de la situation.
Entre les premiers exercices du réflexe de succion du nouveau-né et ses manifestations appliquées à divers objets (le pouce, le hochet, la tétine, etc...), il y a extension progressive de la réaction, mais aussi changement de forme par ajustement à la forme du nouvel objet. Ainsi, l'assimilation et l'accommodation sont considérées par Piaget comme des activités essentielles pour le développement de l'individu. Aussi, le développement de l'intelligence représente l'adaptation la plus élevée et la plus complète. En effet, elle prolonge l'adaptation biologique en procédant comme elle à des régulations successives à des fins de connaissance et non plus simplement de survie.


L'adaptation d'un point de vue physiologique

L'adaptation correspond à l'ensemble des phénomènes sensoriels et comportementaux qui se traduisent par la mise en place d'un nouvel équilibre de fonctionnement à la suite d'une perturbation. En physiologie, on peut distinguer trois grands types d'adaptation:

  • L'adaptation neurosensorielle: la notion d'adaptation a été d'abord utilisée pour désigner, de façon générale, une baisse de sensibilité transitoire de récepteurs sensoriels, entraînée par la persistance d'une stimulation. Ainsi, l'adaptation à l'obscurité se traduit par une baisse des seuils de luminance, et donc par une amélioration de la sensibilité visuelle, due principalement à la régénération des pigments rétiniens.
    En psychophysique sensorielle, l'adaptation neurosensorielle désigne également une modification de la sensibilité dans les neurones sensibles sélectivement aux caractéristiques de la stimulation (par exemple, la couleur, l'orientation, la fréquence spatiale, la direction, etc...). Cette adaptation sélective entraîne, à l'arrêt de la stimulation, des effets consécutifs. Le terme d'adaptation sélective désigne aussi les procédures expérimentales utilisées pour produire ces effets.

  • L'adaptation prismatique: certains prismes entraînent une déviation systématique des rayons lumineux et, par conséquent, la localisation apparente des objets. Lors de leur port prolongé, les erreurs de localisation diminuent progressivement puis s'annulent. On invoque une recalibration progressive des représentations spatiales pour expliquer cette disparition des erreurs. Lorsque l'on enlève les prismes, des erreurs de sens opposé se produisent. Celles-ci disparaissent progressivement à leur tour.

  • Le niveau d'adaptation: selon la théorie de Harry Helson, le niveau d'adaptation désigne le point médian apparent d'une série de stimulus. Ce point est supposé être la moyenne géométrique de la série.

Autres termes psychologiques :